Ce programme est préparé au cours de l'année 2014/2015 et présenté au cours de concerts en 2015.

Passions - Bach & Tučapský

The sacrifice, cantate pour chœur et orgue – Antonin Tučapsky (1928-2014)

Passions selon Saint-Jean et Saint-Matthieu de Johann Sebastian Bach  (1685-1750): extraits


Deak-Bardos György (1905-1991): Eli ! Eli !

Chœur d’entrée de la Passion selon Saint-Jean

The sacrifice I

Choral 11 de la Passion selon Saint-Jean : wer hat Dich so geschlagen

The sacrifice II

Choral 15 de la Passion selon Saint-Matthieu : Erkenne mich mein Hüter

The sacrifice III

Choral 17 de la Passion selon Saint-Jean : Ach, grosser König

The sacrifice IV

Choral 40 de la Passion selon Saint-Matthieu : Bin ich gleich von Dir gewichen

The sacrifice V

Choral 44 de la Passion selon Saint-Matthieu : Befiehl Du deine Wege

The sacrifice VI

Choral d’entrée du motet Jesu meine Freude

The sacrifice VII

Chœur final de la Passion selon Saint-Matthieu

John Tavener (1944-2013): Song for Athene


Durée : 1 heure 10 environ


En quelques mots…

La Passion du Christ, c’est-à-dire l’ensemble des souffrances et supplices qui ont précédé et accompagné la mort de Jésus de Nazareth, a toujours inspiré les compositeurs.

Fidèle à son projet artistique d’établir des passerelles entre musique ancienne et d’aujourd’hui, Ica Onna recréée ici une Passion dont le socle est la cantate The Sacrifice composée pour chœur et grand orgue par Antonin Tučapsky, compositeur tchèque contemporain, commentée et sublimée par des extraits des 2 Passions les plus célèbres : celles de Saint-Jean et de Saint-Matthieu de Johann Sebastian Bach.


Les chanteurs

Soprani : Lucie Rancillac, Amélie Poirier, Louise de la Celle, Pasquale Mourey

Alti : Annick Condaminet, Sylvie Grupe, Florence Dejaune, Laura Zimmermann

Ténors : Patrick Colas, Francis Colas-Adler, Alain Rigaut, Gilles Cornu

Basses : Pierre Fourcault, Christian Thomassin, Olivier Payen, Marc Bellot, Pierre-Etienne Bréguet


Professeur de technique vocale        Pasquale Mourey

Pianiste accompagnatrice                Anne Makarenko


Grand orgue                                      Paul Parsons

Direction musicale                            Bruno Rastier

Site internet : www.ica-onna.fr

Facebook : www.facebook.com/icaonna

Courriel : choeur@ica-onna.fr




Antonin Tučapsky est l’un des compositeurs et chefs de chœur les plus significatifs originaires de l’ancienne Tchécoslovaquie. Il a vécu en Angleterre à partir de 1975.

Sa cantate The Sacrifice raconte la crucifixion du Christ en utilisant un poème de George Herbert (1593-1633). C’est l’un des rares poèmes à parler de Jésus Christ à la première personne. Même si le poème fait référence à l’amour du Christ pour l’Homme, The Sacrifice met surtout en exergue la condamnation des hommes, l’incrédulité de Jésus devant sa mort prochaine, et son amertume. La souffrance du Christ revient sans cesse par ce refrain lancinant : Was ever grief like mine ? (Y a-t-il jamais eu un chagrin comme le mien ?)


Sur les 5 passions qui auraient été écrites par Johann Sebastian Bach, deux seulement nous sont parvenues. La Passion selon Saint-Jean est considérée comme étant plus réaliste, au rythme plus rapide et de nature plus angoissée que la Passion selon Saint-Matthieu, plus intériorisée et résignée. Mais à l’époque de Bach, la mort était moins une peur et une douleur qu’un espoir et une joie de rejoindre le Christ. C’est cette atmosphère que l’on va retrouver dans nombre de ses chorals.


Les chorals sont des cantiques simples destinés à être chantés en chœur par les fidèles. On en retrouve essentiellement dans l’œuvre de musiciens allemands comme Dietrich Buxtehude, Johann Sebastian Bach ou  Georg Philipp Telemann. Ils constituent un élément important de la réforme luthérienne, permettant par leur simplicité à la foule de participer à l’office (ce qui n’était pas possible avec les chants grégoriens, trop difficiles). Luther (1483 - 1546) a d’ailleurs écrit plusieurs mélodies et textes de chorals.

Johann Sebastian Bach a porté l’art du choral à son apogée, et en est reconnu de nos jours comme le maître incontesté. Partant d’une mélodie (souvent déjà existante, parfois composée pour l’occasion) ou d’un chant grégorien, son génie s’exerçait dans l’harmonisation autour de la première voix (le cantus firmus, c’est-à-dire le chant que l’auditeur perçoit le mieux, généralement porté par les sopranos), c’est-à-dire l’ajout des trois voix inférieures (alto, ténor et basse). Bach a composé un nombre très important de chorals, en général pour des chœurs à quatre voix, mais aussi parfois pour des instruments polyphoniques comme l’orgue. Certains chorals prennent chez Bach une dimension bien supérieure à la forme originelle voulue par Luther, et ils constituent des piliers pour nombre de ses grandes œuvres, et notamment dans ses Passions.

Le compositeur anglais John Tavener ((1944-2013) clame être le descendant direct du compositeur du XVIe siècle John Taverner. Son œuvre est très influencée par de nombreuses religions, et principalement la religion orthodoxe. On compare souvent Tavener à Arvo Pärt pour leur tradition religieuse commune. Il viendra conclure ce concert par son « Song for Athene » plein d’espoir et de douceur. Ecrit à l’occasion du décès d’une jeune femme Athene, cette œuvre est devenue mondialement connue depuis qu’elle a été chantée lors des funérailles de la princesse de Galles Diana.



Que des vols d’anges chantent cela pour ton repos

Rappelle-toi de moi, O Seigneur, quand tu arriveras dans ton royaume

Donne le repos, O Seigneur, à ta servante qui s’est endormie

Le chœur des Saints a trouvé la source même de la vie et la porte du paradis

La vie : une ombre et un rêve

Pleurer sur la tombe engendre le chant : Alleluia

Venez, profitez des récompenses et des couronnes que j’ai préparées pour vous